Fabrice Ruffier

Terres Fertiles est un groupe de 30 personnes qui s’est constitué progressivement depuis 2015. Il n’a pas d’existence formelle et son animation est assurée par Terre de Liens Midi-Pyrénées, une association qui a pour objet de soutenir les initiatives collectives d’acquisition et de gestion de terres agricoles et de promouvoir des projets qui respectent l’environnement, créent de l’emploi et dynamisent les territoires.

Le territoire et les enjeux

Le territoire est celui de l'agglomération toulousaine et plus particulièrement les 20 communes du bassin versant de l’Hers qui font partie de Toulouse Métropole. L’agglomération est caractérisée par une croissance urbaine sans équivalent à l’échelle nationale : accueil de 12 000 à 15 000 nouveaux habitants par an, avec un étalement urbain prédateur malgré une prise de conscience récente (280 ha sont artificialisés chaque année  contre 400 ha par an sur la période 2007/2010). Toutes ces tendances sont défavorables à la biodiversité des espaces cultivés, détruisent l’emploi agricole et représentent une perte de valeur ajoutée pour le territoire. L’agriculture métropolitaine ne répond pas aux attentes d’une partie de plus en plus importante de la population pour une nourriture saine et produite localement. La volonté de préserver et de valoriser les espaces naturels et agricoles est présente dans les grandes orientations des documents d’urbanisme (SCOT et PLU), mais ces principes sont contredits par la réalité. Il n’y a pas de perspective à court terme de projet métropolitain cohérent qui serait le seul garant de la protection et de la valorisation des espaces agronaturels.

Le collectif Terres Fertiles et ses alliés

Le collectif Terres Fertiles regroupe une trentaine de citoyens engagés, issus du réseau Terre de Liens, qui ne trouvent pas de logique dans les actions des collectivités, ni même un désir de projet pour les territoires agricoles et naturels. Pourtant, ces espaces peuvent et doivent s’intégrer positivement au développement de l’aire urbaine toulousaine, en retrouvant des usages utiles aux habitants et favorables à l’équilibre ville-nature. Le collectif porte la conviction qu’il faut construire en même temps :

  • _x0001_
  • un « lobby citoyen » et d’acteurs concernés par la protection et la valorisation des espaces agricoles et naturels : donner à lire, caractériser, rendre visibles les « terres fertiles » et « révéler » leur potentiel à partir d’une grille de lecture multiple : économique, alimentaire, environnementale, culturelle et sociale.
  • _x0001_
  • un réseau d’acteurs pour la mise en projet de la transition écologique : c’est la notion de « territoires fertiles », c'est-à-dire des initiatives portées par des acteurs à partir des ressources (humaines, naturelles…) identifiées localement.

Le projet ne répond donc pas à une commande publique. Toutefois, le collectif a toujours pris soin de sonder les acteurs institutionnels: Services de l’Etat, Agence de l’Eau, collectivités locales, Agence d’urbanisme, organisations professionnelles agricoles, Conseil de développement, associations…). Le Conseil de développement (CODEV) de l’agglomération toulousaine en particulier souhaite que les territoires fertiles soient mis « au service du projet métropolitain » et portées par les élus, les acteurs économiques et les citoyens concernés et que s’enclenche une dynamique de projets. Plusieurs membres du CODEV se sont engagés, à titre personnel, dans le collectif Terres Fertiles. D’autres acteurs regardent l’initiative avec intérêt.

Domaine

Secteur(s)

Outils

Contexte

Infos

Objectifs
Mobiliser les habitants ou les parties prenantes