Cécile Malfray
Mercredi 2 juin 2021 - 15:13

En 2014, la Banque Alimentaire a distribué 2 888 091 repas à 15 511 personnes. Cela représentait une augmentation de 51% du nombre de repas et de 38% du nombre de bénéficiaires concernés sur l’ensemble de la Charente entre 2013 et 2014. Sur ce même département, les Restos du Coeur ont également servi à l’issue campagne d’hivernale de 2014 : 419 736 repas à 6 496 personnes (13 866 repas à La Rochefoucauld et 8 439 repas à Montbron).

Face à ces chiffres et aux personnes démunies qu’elles rencontrent dans leurs lieux de distribution, les associations caritatives ont alerté les services du Conseil Départemental de Charente. Ce dernier, aux côtés du Syndicat Mixte du Pays Horte et Tardoire, s’est donc engagé dans une étude sur l’aide et la distribution alimentaire en Horte et Tardoire en partenariat avec l’Ifrée (Institut de formation et de recherche en éducation à l’environnement).

Acteur

Acteurs

Les acteurs

Les porteurs de projet :

  • Syndicat Mixte du Pays Horte et Tardoire (51 communes, 4 Communautés de communes),
  • Maison Départementale des Solidarités d’Horte et Tardoire (4 antennes : La Rochefoucauld, Dignac, Montbron et Villebois-Lavalette)
  • CIDIL (Carrefour pour l’Insertion et le Développement des Initiatives Locales)  

Les participants aux groupes de travail :

  • Les porteurs de projet Banque Alimentaire de Charente,
  • Epicerie sociale Réagir Ensemble
  • CSC Flep de Soyaux
  • Restos du Coeur de Montbron et la Rochefoucauld,
  • Croix Rouge de la Rochefoucauld et Villebois-Lavalette,
  • Secours populaire français
  • Conseil départemental de Charente
  • Elus des communes du Pays Horte et Tardoire  

Les partenaires associés aux réunions des groupes de travail :

  • La Poste
  • Association Loisirs Formation Mobilité (LFM)
  • Association EIDER (Espace Itinérant D'aide alimentaire En pays du Ruffécois)  

Bilan

Bilan

Points forts et/ou réussites :

  • Un partenariat fonctionnel, une équipe dynamique et plurielle.
  • Des acteurs associatifs impliqués, assidus, investis.
  • Un sujet au cœur du développement durable : s’assurer que chacun puisse manger à sa faim (équilibre alimentaire, qualité gustative et nutritionnelle), développer une économie de proximité en préservant l’environnement (agriculture biologique, circuits courts, respect de la saisonnalité) et en limitant le gaspillage alimentaire (transformation des surplus de fruits et légumes).
  • Des perspectives de développement économique et social pour le territoire.
  • La mise en place d’un réseau entre les structures d’aide alimentaire (interconnaissance…).
  • Les maitres d’œuvre impliqués dès l’élaboration du programme d’actions.
  • Le développement de nouveaux partenariats. 

Points faibles et/ou difficultés/limites perçues :

  • Difficultés à associer les élus locaux au travail en cours.
  • La réforme territoriale qui impacte le devenir du pays et peut freiner la capacité des acteurs à se projeter dans la suite du travail.
  • Les difficultés financières des associations concernées qui peut laisser place à une forme de concurrence entre elles peu propice à la collaboration.

Quelques chiffres :

  • 15 entretiens d’acteurs.
  • 24 acteurs locaux rencontrés en entretiens.
  • 15 personnes rencontrées lors des 3 focus groupes.
  • 10 séances de travail avec une trentaine d’acteurs mobilisés régulièrement (élus, bénévoles et salariés associatifs, commanditaire, bénéficiaires, partenaires…).
  • 10 fiches actions détaillées et partagées 30 personnes à chaque réunion du Comité de pilotage.

Domaine

Secteur(s)

Contexte

Méthodes / Outils

Objectifs et méthodes

La méthodologie

1ère étape : réalisation d’un diagnostic partagé

  • Compilation et analyse de données quantitatives relatives à l’aide et la distribution alimentaire en Horte et Tardoire
  • Conduite de 15 entretiens auprès des différentes catégories d’acteurs concernés : travailleurs sociaux, acteurs clés, associations, élus (24 personnes)
  • Réalisation de temps d’échange avec 15 personnes accueillies lors des distributions des Restos du cœur de Montbron, de l’épicerie sociale « Réagir Ensemble » et de la Croix Rouge de Villebois-Lavalette

2ème étape : identification des axes de travail

Axe 1 – L’accès à la mobilité

Axe 2 – Le maillage territorial

Axe 3 – L’approvisionnement

Axe 4 – L’accès à l’aide alimentaire et lien social

3ème étape : mise en place de 4 groupes de travail thématiques, accompagnement de 10 réunions de travail, et rédaction du programme d’actions « Pour une souveraineté alimentaire basée sur une économie de proximité en Horte et Tardoire » décliné en 10  fiches actions

  • Groupe de travail « Comment développer la production et l’approvisionnement dans une perspective de circuits de proximité, d’économie locale et de lutte contre le gaspillage alimentaire ? »

Rédaction des fiches actions : « Développer le pôle de transformation du CIDIL » et « Développer des « ateliers du goût » »

  • Groupe de travail « Comment améliorer la configuration des lieux de distribution et d’implantation ? ».

Rédaction des fiches actions : « Partager des locaux entre associations d’aide alimentaire » et « Développer un nouveau lieu de distribution »

  • Groupe de travail « Comment améliorer l’accès aux lieux de distribution ? »

Rédaction des fiches actions : « Recenser l’offre de mobilité », « Mettre en place un réseau de covoiturage solidaire » et « Mettre en place une location solidaire de véhicules »

  • Groupe de travail «  Comment renforcer le lien social entre les personnes accueillies, entre les personnes accueillies et les bénévoles ? »

Rédaction des fiches actions : « Renforcer l’accueil des nouveaux arrivants dans les associations d’aide alimentaire », « Développer des ateliers communs inter associations » et « Accompagner les personnes accueillies à devenir bénévoles des associations »

Infos

Objectifs
Consulter, recueillir des besoins