Lancement d’une expérimentation de mobilité inclusive en milieu rural

Comme de nombreux territoires ruraux, la commune des Hauts-d’Anjou s’interroge sur les possibilités de mobilité de ses concitoyens. À ce jour, la voiture est le mode de transport prédominant. Le baromètre des mobilités du quotidien révèle qu’environ 93 % des habitants des territoires ruraux utilisent leur véhicule pour les déplacements domicile-travail pour un trajet de 25 min et un budget d’environ 139 €/mois.

Malheureusement, cette mobilité n’est pas accessible pour tout le monde. Trop jeunes, pas de permis, difficultés financières… sont autant de freins qui ne permettent pas d’accéder à l’autonomie. Ces problèmes de transports rendent parfois difficiles la formation, la recherche d’emploi, l’accès à la santé, les loisirs…

De plus, l’offre de transport collectif est parfois peu adaptée aux besoins des habitants et ne permet pas les déplacements.

Enjeux social, économique, solidaire, environnemental, touristique, d’attractivité… sont autant d’éléments sur lesquels la mobilité a un impact direct ou indirect.

À cet effet, l’association WIMOOV, en partenariat avec la commune des Hauts-d’Anjou (et l’ensemble des acteurs institutionnels porteur de ces sujets de mobilité, de cohésion des territoires et d’environnement) proposent un projet expérimental inédit afin de faire découvrir et déployer de nouvelles solutions de mobilité pour les habitants.

Ce projet doit se construire avec et pour les habitants et acteurs du territoire. Pour se faire, différentes actions seront proposées durant les prochaines années.

L’importance de la mobilisation citoyenne permettra d’identifier au mieux les besoins et les attentes de chacun. En proposant des temps d’échanges, de débats et des ateliers d’initiations, nous proposons de construire « une culture mobilité ».

Pendant cette année 2021, vous aurez l’occasion de découvrir des animations et ateliers autour des différentes solutions de mobilité.

Le contexte sanitaire ne permet pas d’organiser d’évènements collectifs. Mais nous espérons pouvoir, très prochainement, reprendre nos interventions en physiques.

Cette « culture mobilité » nous permettra d’identifier collectivement les solutions d’aménagements et de services que nous pourrions expérimenter sur plusieurs années.

Diagnostic mobilité

Pour entamer cette expérimentation rurale, Wimoov, accompagné du cabinet Auxilia, a réalisée sur la commune nouvelle des Hauts d’Anjou une démarche de terrain permettant d’affiner la compréhension du territoire, de ses habitants et leurs usages ainsi que le rôle et les spécificités de la diversité d’interlocuteurs (acteurs locaux, élus, acteurs économiques, associations, etc.) à mobiliser afin d’ancrer l’identification de solutions et la conception d’expérimentations mobilité dans les caractéristiques du territoire et de ses usages.  

La première étape de diagnostic territorial et de l’offre de mobilité, réalisée en parallèle d’entretiens auprès d’acteurs du territoire (élus, services de la ville et de la communauté de communes, associations, structures d’insertion par l’emploi, opérateurs de transports, etc.) permet de qualifier les caractéristiques locales, l’offre et les aides existantes en matière de mobilité ainsi que les besoins. La consultation des habitants par questionnaire a permis de disposer d’une vision affinée des pratiques, contraintes et besoins en matière de mobilité, notamment concernant les publics spécifiques (actifs, séniors, saisonniers, jeunes, personnes en recherche d’emploi, touristes).  

Quelques points clés ressortent du diagnostic à ce stade. 

La commune des Hauts-d’Anjou, étant issue de la fusion de 8 communes, son territoire est étalé et contrasté en termes d’accès à l’offre de transport et aux services du quotidien. Au sein du même territoire, les pratiques et les besoins de mobilité des habitants sont alors extrêmement diversifiés : l’accès à l’emploi, à l’éducation et aux formations, à la santé, aux démarches administratives concerne une variété de profils aux contraintes multiples et diverses.  

L’organisation du territoire de la commune des Hauts-d’Anjou (polarisée par Champigné et Châteauneuf-Sur-Sarthe) et sa relation aux pôles voisins structurants (Angers, Lion d’Angers, Château-Gontier-sur-Mayenne, Sablé-sur-Sarthe, Segré en Anjou-Bleu, etc.) sont facteur de difficultés pour les mobilités et renforcent la dépendance à la voiture individuelle. Néanmoins, bien qu’elles sont souvent méconnues, des initiatives alternatives existent et sont soutenues par des acteurs du territoire (Aléop, voiture’âges, aides de covoiturage, bornes électriques, etc.).  

Le recours à la voiture individuelle est majoritaire et l’utilisation des transports en commun quasiment inexistante, notamment pour les déplacements domicile-travail (83 % de ces déplacements sont réalisés en voiture). Ces derniers sont particulièrement orientés en dehors de la commune nouvelle, notamment en direction d’Angers, qui capte de nombreux actifs des Hauts-d’Anjou qui se déplacent principalement en voiture (94 %).  

L’offre d’emploi local requiert également un haut niveau de mobilité. De par leurs spécificités, les secteurs pourvoyeurs d’emplois sur le territoire (agriculture, construction et services à la personne) des Hauts-d’Anjou exigent une grande flexibilité de déplacements. 

Ces premiers éléments ont également été alimentés et confrontés avec les différents échanges que le chargé de mission mobilité rurale Wimoov (Benoît Dupont) a eu tout au long du dernier trimètre 2020. 

Thématique d'inspiration
Problématique
Mobilité inclusive