Marie Eraud
Dimanche 22 août 2021 - 16:06

En matière de protection des ressources en eau utilisées pour l’alimentation en eau potable, le Syndicat des Eaux du Centre-Ouest (SECO) a engagé un programme de reconquête de la qualité de l’eau souterraine. Ce programme s’est traduit par la réalisation d’un Contrat Territorial (CT) de 5 ans (2011-2016) mis en œuvre dans le cadre du programme régional Re-Sources (programme visant à reconquérir et préserver la qualité de l’eau destinée à l’alimentation en eau potable en Poitou-Charentes dans le cadre de démarches partenariales). Compte tenu des enjeux, le SECO a souhaité que les acteurs concernés, les « parties prenantes », soient impliqués, dans le cadre d’une démarche de concertation à la préparation du futur CT 2016-2020. L’accompagnement et l’animation de celle-ci ont été confiés à l’Institut de formation et de recherche en éducation à l’environnement (Ifrée).

Acteur

Acteurs

Les pilotes du projet : bureau (élus) et comité technique du SECO (directeur, techniciens), et l’Ifrée Les participants aux groupes de travail : agriculteurs, organismes professionnels agricoles, élus et associations du territoire, services de l’Etat et des collectivités.

Bilan

Bilan

Éléments de bilan Points forts et/ou réussites :

  • Bon enchainement de la concertation pour l’élaboration du 2e programme d’actions avec le bilan de fin de contrat du 1er programme : la concertation est alors apparue naturelle pour les élus, acteurs et partenaires à la suite du bilan.
  • Identification d’une période de concertation favorable à la participation des agriculteurs en particulier, c’est-à-dire plutôt sur une période hivernale pour les producteurs céréalier, et des réunions en après-midi pour les éleveurs.
  • Très bonne communication et coopération entre les animatrices de la démarche et les techniciens porteurs opérationnels du projet.
  • Importance des relances personnalisées pour s’assurer de la présence des participants invités aux différentes réunions, pilotage, plénières et groupes de travail.
  • Programmer l’ensemble des dates de réunions au moment de la réunion de lancement de la démarche favorise l’inscription des participants dans les groupes de concertation, et leur engagement sur l’ensemble de la démarche.
  • Mobilisation de nouveaux acteurs, inconnus du SECO avant la concertation.
  • A l’issue de la démarche, les techniciens ont témoigné de leur sentiment d’avoir abouti à un projet de territoire élaboré, partagé et porté par les acteurs du territoire, et réussi à faire créer un véritable intérêt et une compréhension de la concertation par les élus comme les participants.

  Points faibles et/ou difficultés/limites perçues :

  • Lors de la présentation de la démarche, les élus du SECO ont manifesté des craintes sur le nombre de réunions qui risquaient, selon eux, de démobiliser les acteurs, ce qui a conduit à réduire l’envergure de la démarche, c’est-à-dire le nombre de réunions et le nombre de groupes de travail (seulement 2).
  • Réfléchir à une cohérence entre les entretiens de bilan du précédent programme et les entretiens préalables à la concertation, quand il s’est agi de rencontrer les mêmes acteurs, afin qu’ils n’aient pas l’impression de répondre deux fois aux mêmes questions.
  • Lors de la présentation de la démarche, besoin d’un temps de discussion avec/entre les élus sur l’utilité de la démarche, sur ce qu’ils peuvent en attendre, car la présentation peut être bien comprise, bien appréciée, mais son appropriation n’est pas pour autant acquise une fois entrés dans l’opérationnel.
  • Difficulté de restituer l’ensemble d’un travail très riche, dense et parfois complexe en une seule réunion. Importance de la transmission des documents et comptes-rendus bien en amont de chaque réunion des instances de dialogue.
  • Perte de participants entre la réunion publique de lancement de la démarche et les réunions des groupes de travail.

  Quelques chiffres :

  • 15 entretiens préalables
  • 6 réunions des groupes de travail
  • En moyenne 15 participants aux réunions des groupes de travail
  • Plus 30 acteurs mobilisés dans les plénières et groupes de travail
  • 65 propositions d’actions

Domaine

Secteur(s)

Outils

Mots cles

Contexte

Infos

Objectifs
Mobiliser les habitants ou les parties prenantes